LES INTERVENTIONS DU COMPTOIR PROSPECTIVISTE, DANS LES ENTREPRISES, DANS LES MEDIAS...

02/07/2012

LA REVUE INFLUENCIA : #2 - LES OBJETS DU LUXE


Après une première contribution pour INfluencia, voici deux nouveaux articles conçus sur le thème du luxe :
Le luxe se sanctuarise
Quel avenir pour les objets du luxe







Depuis peu, une nouvelle société surfe sur la mode de la continuité, voire de l’éternité. Une mode directement inspirée du clonage des animaux de compagnie. Pour un coût modique, Eternity Gift On Line met à disposition du grand public la plus grande banque de données au monde d’objets réplicables de la période pré-nanoT.  Il s’agit de meubles ou de décorations mais les réplications  peuvent aussi être fonctionnelles lorsqu’elles disposent d'un mécanisme. Dans un monde où tout est «réplicable» à l'identique, ce qui va donner à un objet sa  dimension luxueuse peut être un caractère de rareté. Parce que façonné par un savoir faire ou par une technique qui ne produisent jamais deux fois la même chose, un objet devient définitivement unique. Il engendre une possession exacerbée...

COPIE CARBONE DELICTUEUSE

Les brocanteurs joignent leurs voix à celle de l’industrie du luxe pour crier au scandale !  De nombreux professionnels du secteur viennent grossir les rangs de ceux qui ne  voient dans la réplication 3D qu’une pratique éhontée du plagiat transformé en industrie lucrative. Tous tentent de faire valoir leurs droits. Ces réplications accessibles au plus grand nombre ne font qu’inquiéter un peu plus les marchands d’art et le monde du luxe:tous redoutent un raz de marée d’objets Rep'nT (réplication nanotechnologique) qui nivellerait le marché vers le bas...

Se défendant de jouer les Cassandre, ils promettent, à terme, l’effondrement des marchés conjoints de l’art et du luxe et posent une question:«Qu'est-ce qui différenciera, à l'œil nu, un objet Rep'nT de son original?». Afin d’apaiser les esprits et pour se conserver la sympathie du public, EGOL s’est engagé à ajouter à chaque objet répliqué par ses soins une puce RFID. Celle-ci identifiera aisément un objet Rep'nT.

L’ETERNITE AU POIGNET

Aune époque où la miniaturisation est reine, la montre-bracelet reste un objet à la mode
et s’affiche à nouveau aux poignets. Elle est mécanique, à remontoir ou automatique. Elle présente un cadran simple ou affiche plusieurs informations. La trotteuse devient indispensable et le fait main de rigueur... Ce fruit d’un travail manuel expert s’est également vu doter d’un des derniers avatars de la technologie. Dans le boîtier de la montre est logé un discret dispositif. Une
fois activé, il suffit d'une légère rotation de la bague chronomètre. Cette rotation enclenche un dispositif empêchant la lecture de la puce d’identification RFID présente dans le quotidien des consommateurs. Les RFID humaines permettent de déverrouiller les portes des voitures, des appartements, de désactiver les sécurités des ordinateurs. Elles donnent accès aux délices de la société de ludoconsommation... jusqu’au moment où l’on souhaite ne plus être «lu» ou «suivi»! Et le bel objet fait redécouvrir le goût de l'anonymat, chose rare au point de devenir une nouvelle forme de luxe !

MORPHINGS SOUS-CUTANES

Le tatouage devient évolutif et vit sa révolution technologique avec l'arrivée des encres de la nanotechnologie.Divers paramètres sont pris en compte dans cette illusion de vie mise en œuvre par des nanorobots chromofères (du grec chromo, couleur et du latin fero, porter), ce qui
donne à ce tatouage-morphingun nouveau moyen d’expression pour le tatoueur mêlant l’art du dessin, la nanotechnologie et l’organisme du tatoué.

Le tatouage réagit au passage d’une autre personne grâce à l’adrénaline, l’endorphine et autres phéromones… Toutes ces substances que sécrète notre corps au long de la journée deviennent des partitions qu’interprètent des armées de robots microscopiques. Quand aux modifications de programme que peut apporter le porteur du tatouage, elles sont des nuances issues de son humeur festive, belliqueuse, séductrice, voire érotique... La palette de création est infinie. Les néotatoueurs garantissent que jamais le même motif ne se retrouvera sur deux personnes.

Dernière qualité de ces encres:elles sont effaçables. Plus précisément, quand le client se lasse de son tatouage, deux solutions s’offrent à lui : après envoi d’un code, laisser faire la nature qui éliminera les chromofères nanoT ou bien utiliser un code inhibiteur qui donne l’ordre aux chromofères de devenir invisibles... jusqu’à la prochaine activation...

L’INTIMITE DU BIJOU

Pour la première fois au monde, le bijoutier Boucherelles & Cliffs propose à sa clientèle des bijoux symbiotiques. Des pièces uniques impossible à repliquer... Le marketing les appelle «bijoux vivants», d’autres parlent de «parasites», inquiets par cette nouvelle mode technologique proche d’une forme d’hybridation humaine.

Dans un premier temps, le futur client de Boucherelles & Cliffs fournit un échantillon biologique. Les laboratoires du joaillier en extraient l’ADN. Sur cette base biochimique, une pierre artificielle mais unique est construite, atome après atome (de carbone plus quelques autres pour les couleurs et autres qualités esthétiques). L’originalité de la démarche de l’orfèvre de la place Vendôme tient en la manière selon laquelle Boucherelles & Cliffs interprète l’information brute de l’ADN de chacun de ses clients.

Il a fallu développer un logiciel qui transpose un code génétique en données physico-chimiques qui décrit les qualités gemmologiques de la pierre. Chaque gène humain vient influencer sur la couleur, la structure cristalline, l’indice de réfraction et bien d’autres critères... Chaque pierre ainsi générée est unique, comme l’est le donneur de la séquence génétique.

La pierre est ensuite montée sur un brochage hightech symbiotique:plongeant dans les tissus du client, il assure son alimentation énergétique par induction cellulaire. En quelques jours, le bijou effectue sa «nidification» et se met à «vivre» et scintille en fonction des humeurs de la personne qui le porte.


© Olivier Parent - FuturHebdo


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire