18/01/2017

INTERVIEW DONNE POUR LE SITE NEXIZE

http://nexize.com/assurance-crapuleuse/


Question : Olivier, tu as participé avec tes amis des Mardis du Luxembourg à l’ouvrage collectif : Chroniques de l’intimité connectée, qui se présente comme un recueil de nouvelles. Ton récit, Assurance crapuleuse, nous propulse en 2066, où les tueurs à gage sont devenus des effaceurs …
Olivier : Pour écrire Assurances Crapuleuses, une de mes nouvelles parue dans le dernier livre du think tank des Mardis du Luxembourg, j’ai créé un personnage, Tommy Maréchal. De nos jours, il aurait été tueur à gage. Dans l’avenir dans lequel se déroule la nouvelle, il est « effaceur ».
Plus hacker hautement nuisible que sociopathe sans empathie pour ses semblables qu’il « dessoude » froidement, les missions richement rémunérés de ce personnage consistent à effacer l’identité numérique des personnes qui lui sont anonymement désignées comme cibles. Or, dans une société totalement dématérialisée, l’effacement numérique pourrait bien s’avérer être un acte aussi violent qu’une mort physique … repoussant les pauvres hères privés de leurs précieux sésames digitaux, vers les bidonvilles en bordures des mégapoles, non-lieux dont l’existence n’est surtout pas reconnue par les autorités, au risque d’admettre la fragilité du système …

Question : Si l’on se projette dans un avenir moins lointain, on s’aperçoit que notre existence commence à se dématérialiser, comme de simples contenus informatiques, et que nous sommes à la merci des hackers …
Olivier : Revenus dans notre présent, la dématérialisation est un état de fait, bien que toujours en voie de déploiement. Les institutions, autant que les entreprises, incitent les administrés, aussi bien que les clients, à se servir des services en ligne pour accomplir un nombre de tâches toujours plus grand. Aux oubliés d’Internet – en 2016, ils étaient près de 6 millions de français à ne pas avoir accès à la « toile », qu’ils soient en situation de  précarité ou tout simplement peu sensibles à ces usages, comme les seniors – à ces naufragés involontaires, donc, ne restent, au mieux, que la corvée du serveur vocal … au pire, l’obligation d’obtenir l’accès à un ordinateur afin d’accomplir les démarches qu’ils auraient pu effectuer auprès de l’antique guichet désormais dématérialisé. C’est exactement ce qu’il se passe pour l’obtention de la vignette « Crit’Air », sésame à coller sur son pare-brise dès le 15 janvier, pour pouvoir rouler dans Paris sans risquer des contrôles anti-pollution intempestifs – en attendant l’inéluctable verbalisation – et dont la procédure d’obtention se fait exclusivement sur Internet … Et si ce n’était que cela …

La suite ici >>

06/11/2016

DANS THE CONVERSATION : COMPRENDRE L'EFFET DE SERRE ET SES CONSEQUENCES

Version longue de cet article, "director's cut" ICI >>>


Baignées dans la lumière solaire, l’atmosphère ainsi que la surface de notre planète – océans et terres émergées – conservent naturellement une partie de cette énergie sous forme de chaleur. L’atmosphère terrestre, indépendamment des activités humaines, provoque « l’effet de serre ».
Sans ce phénomène atmosphérique indispensable à la vie, la température à la surface de notre Terre serait, en moyenne, de -16 °C. Alors que, grâce à l’effet de serre, elle est plutôt de +15 °C en moyenne. Dans ces conditions, l’eau liquide circule librement et la vie foisonne.

La part humaine des changements climatiques

Depuis plus d’un siècle et demi cependant, tous les relevés laissent apparaître une augmentation de cette température moyenne. Cette hausse est une conséquence de l’intensification de l’effet de serre dans l’atmosphère de notre planète : comme le plafond de verre dans une vraie serre, les gaz à effet de serre, dont la concentration ne cesse d’augmenter, piège une quantité toujours plus grande de l’énergie qui aurait dû retourner vers l’espace… Ici bas, on a de plus en plus chaud !
Nul besoin d’être grand vizir pour constater que le début de l'accélération de l’augmentation de cette concentration de gaz coïncide avec le début de l’ère industrielle (seconde moitié du XIXesiècle). Or, la plupart de ces gaz ont la fâcheuse tendance d’empêcher la diffusion vers l’espace d’une partie de l’énergie que reçoit notre planète en provenance du soleil. Cette part d’énergie restée captive étant proportionnelle à la concentration de ces gaz constatée dans l’atmosphère.
Pour quantifier cet effet de serre, on mesure la différence entre l’énergie reçue et celle réémise par la Terre : c’est ce qu’on appelle le bilan radiatif – radiatif, car la chaleur est envisagée comme une radiation. Quand l’équilibre est rompu entre énergie reçue et énergie rendue, on parle de « forçage radiatif », le forçage exprimant un déséquilibre.

25/10/2016

FUTURHEBDO DANS SILEX ID #07 : EN KIOSQUE !


 Silex ID #07

On a longtemps parlé de “fracture numérique”. Elle marquait l’inégalité d’accès aux nouveaux outils numériques des populations au sein d’un même territoire. Aujourd’hui, dans notre monde dématérialisé, apparaître une nouvelle inquiétude. Elle concerne l’expérience effective du monde réel que chacun est censé avoir. Car, parmi les jeunes générations, la proportion d’individus qui ne connaissent le monde que par expérience virtuelle ne cesse de croître. Pour évoquer la rupture avec le monde tangible dans laquelle certains vivent, on parle désormais de “fracture analogique”.

Le lien avec la “fracture numérique” est évident. Mais, si celle-ci tenait, à l’époque, du soucis politique, la “fracture analogique” d’aujourd’hui est d’ordre éthique, et peut-être même sanitaire.

Rétrospectivement, on peut identifier quelques moments clés qui ont construit le constat contemporain de rupture d’une partie grandissante de la population avec le monde réel. Plus que la généralisation de l’usage des outils numériques, il y a eu par exemple la décision de rendre l’enseignement de l’écriture manuelle optionnelle. Les USA, avec les pays scandinaves, ont été les premiers à adopter ce genre de dispositions. Elles se sont étendues à tout le monde développé, dans les années 20...


La suite : sur FuturHebdo>>>
Les magazines : sur Silex ID>>>

20/10/2016

HUFFINGTON POST : SF, CULTURE CONTEMPORAINE ET CULTURE DIGITALE

The Conversation

SF, culture contemporaine et culture digitale…

A lire sur le Huffington Post : SF, culture contemporaine et culture digitale>>>
Et si les médias de divertissement participaient à la construction de l’identité de notre société contemporaine… et si, plus particulièrement, les thèmes de la science-fiction nourrissaient les mutations et les utopies modernes !
Le 16 mai 2016, sur France Culture, Stéphane Deligeorges, le présentateur de « Continent Science », proposait une variation sur ces thèmes au cours d’une émission dont le titre était « la science au cinéma : prétexte didactique ou simple élément du décor ? ». Les invités, tous trois physiciens, étaient Jacques Treneir, Jean-Michel Courty et Édouard Kierlik. Ils ont discuté de la place que pouvait prendre la science dans les processus de fabrication d’une fiction… Au risque d’erreurs scientifiques… Au bonheur de fasciner, d’emporter le spectateur vers de nouveaux horizons…
Absent, Roland Lehoucq, astrophysicien, aurait tenu toute sa place à cette table. En effet, ce dernier a fait de l’utilisation de la science-fiction son biais pédagogique privilégié. Il s’est aussi fait connaître auprès du grand public grâce à de petits ouvrages tels que « Faire des sciences avec Star Wars », ouvrages issus de son expérience de professeur en université.

14/10/2016

FUTURHEBDO DANS THE CONVERSATION FRANCE : « MORGANE » DE LUKE SCOTT, UNE ANALYSE PROSPECTIVISTE

A lire sur : The Conversation France : "Morgane" de Luke Scott, une analyse prospectiviste
Evolution de la chronique proposé sur le Huffington Post mais avec la vidéo, en fin de post...

Le film Morgane de Luke Scott présente l’intérêt de poser le problème de l’intelligence artificielle sous un nouveau jour, au moyen d’un nouveau biais…
Ces dernières années, Hollywood nous a habitués à traiter de la question de l’intelligence artificielle sur support informatique avec des films tels que Chappie, de Neill Blomkamp, ou bien encore Ex Machina, de Alex Garland, tous deux sortis en 2015. De son côté, le filmMorgane propose une réflexion similaire en faisant intervenir une entité biologique de synthèse.

Pour bien comprendre ce qu’est le protagoniste clé du film Morgane, il n’est pas inutile de rappeler qui est le réalisateur : Luke Scott est le fils de Ridley Scott, le célèbre réalisateur qui en 1982 a conçu et réalisé le film Blade Runner. Ce film est une adaptation d’un roman de Philip K. Dick, Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?

La suite sur : The Conversation France : "Morgane" de Luke Scott, une analyse prospectiviste





Bande annonce du film «Morgane» >>>



Ce que le film «Morgane» a à nous dire sur demain>>>